coups de gueule contre le CIO (jeux de Pékin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

coups de gueule contre le CIO (jeux de Pékin)

Message  Roy le Mar 15 Avr - 14:48




Pas "olympiquement" correct

Après le fiasco de la flamme olympique à Paris, Henri Sérandour s'est-il fait taper sur les doigts par le CIO? Toujours est-il que le président du CNOSF s'oppose à ce que les athlètes français portent aux Jeux de Pékin le badge "Pour un monde meilleur" imaginé pour marquer leur attachement au respect des droits de l'Homme. Un badge qu'il avait pourtant validé à l'origine. Désormais, Henri Sérandour se réfugie derrière la charte olympique afin d'argumenter un refus catégorique, au grand dam de Bernard Laporte.

La charte, toute la charte, rien que la charte. Henri Sérandour n'en démord pas. Blessé dans sa chair, humilié par le passage catastrophique de la flamme olympique à Paris, le président du Comité olympique français ne veut plus faire de vague. Courageux, mais pas téméraire. A Pékin, pas plus que de ruban vert, ce qu'avait imaginé le perchiste Romain Mesnil avant d'y renoncer parce que le signe eut été trop ostentatoire, les athlètes français ne porteront de badge. Henri Sérandour s'y oppose fermement. "On va respecter la charte qui est: aucune manifestation tangible de quoi que ce soit pendant les manifestations sportives et pendant le défilé des cérémonies d'ouverture et de clôture", a-t-il expliqué sur L'Equipe TV.

Un badge pourtant bien anodin mais symbolique, portant la mention "Pour un monde meilleur", une formule directement extraite de la charte olympique et choisie par la commission des athlètes du CNOSF pour ne surtout froisser personne. C'est le double champion olympique David Douillet qui en avait fait la promotion avant l'arrivée de la flamme à Paris alors que de nombreux athlètes cherchaient le moyen d'exprimer leur réprobation à l'égard du régime chinois en particulier concernant la répression au Tibet.

Le zèle de Sérandour

Des athlètes qui, donc, n'ont pas droit à la parole. David Douillet pensait pourtant avoir convaincu Henri Sérandour qui, disait-il, avait validé le projet. Le président du CNOSF devait, à l'occasion d'une réunion en Chine, le présenter au CIO pour que les athlètes tricolores puissent arborer leur badge à Pékin. Il faut croire qu'il a échoué dans cette mission et qu'il a été prié de remettre de l'ordre dans la future délégation française. Une tâche à laquelle il s'acquitte avec zèle. "On ne peut pas mettre un badge pour la cause d'untel, un badge pour une autre cause", a-t-il ainsi lâché. Et d'expliquer que parmi les 205 pays réunis au sein du Comité international olympique, "il y en a qui veulent porter des badges mais pour d'autres causes que celle-là, parce que le Tibet n'est pas leur priorité principale, leur priorité principale c'est de donner à manger à leurs enfants, c'est de vivre..."

Plutôt que de laisser les athlètes s'exprimer, ce qui serait une infraction à la sacro-sainte charte olympique, dont le respect semble importer plus au CIO que celui des droits de l'Homme en Chine, les sportifs du monde entier marcheront au pas. Une décision qui ne risque pas d'améliorer l'image pour le moins brouillée des instances olympiques.

Bernard Laporte, le secrétaire d'Etat aux Sports, qui avait soutenu l'idée du badge estimant dans Sud Ouest que c'était "tout simplement la meilleure des réponses possibles et surtout, une bonne solution", a regretté mardi matin cette décision qu'il impute au CIO. "Je trouvais le badge pas très agressif. Il n'attaquait pas la Chine, il reprenait une phrase de l'olympisme 'pour un monde meilleur', il reprenait les anneaux", a-t-il déclaré sur Radio Classique. "Je trouve regrettable qu'on leur interdise de porter ce badge. Maintenant ça dépend du CIO. Le CIO est un organisme privé, c'est lui qui décide, peut-être qu'il aurait fallu en parler avec eux avant, c'est peut-être ce qui les a un peu vexés."

A coup sûr la question du badge sera au coeur de l'entretien que doivent avoir à l'Elysée ce mardi David Douillet et Nicolas Sarkozy. Mais le chef de l'Etat qui, contrairement à Angela Merkel ou Gordon Brown, n'a pas pris de décision ferme sur sa participation ou non à la cérémonie d'ouverture des JO, ne devrait pas ruer dans les brancards.

Source : http://www.sports.fr/fr/cmc/plus_de_sport/200816/pas-olympiquement-correct_176278.html

Une honte : le CIO est complétement décrédibilisé !

carton rouge

_________________
Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson - Confucius -

Roy
Administrateur

Nombre de messages : 1695
Age : 47
Date d'inscription : 23/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://marcywood.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: coups de gueule contre le CIO (jeux de Pékin)

Message  Stans le Mar 15 Avr - 18:12

Je serais très fier si tous les pays démocrates décidaient de boycoter les JO pourris de Pékin !

_________________
Bonapartiste et réunioniste !


http://forum-francophone.bbactif.com

Stans
Modérateur

Nombre de messages : 864
Age : 64
Localisation : Bruxelles, département de la Dyle
Date d'inscription : 29/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://forum-francophone.bbactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum